Loi vaudoise sur les chiens

Analyses et commentaires concernant la LpolC par le Dr Ph. Bocion, méd. vét., comportementaliste, Point 1 en lien ici et Point 2 en lien ici
Billet sur la proposition de modification de la Loi vaudoise sur les chiens, en lien ici .

Nouveautés et mises à jour

- Courrier Décembre 2012 (membres)
- Communiqué de presse 12.10.2012
- Nouveau, massage canin : Iliomassage
- Brochure Molo's 2012
- Statuts 2012

S'identifier

L'enregistrement sur le site de Molo's est ouvert à tous. Il vous permet notamment de télécharger des photos dans les galeries.





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Les membres de l'association Molo's bénéficient d'un accès spécial.
Communiqué de presse du 17.11.2013 Version imprimable Suggérer par mail

Séance du Grand Conseil Vaudois du 19.11.2013 - Communiqué de presse sur la révision de la LPolc
Chers Membres des Médias,
Vous trouverez en annexe le communiqué de presse de l'association Molo's sur les propositions de révision de la Loi  vaudoise sur la police des chiens. Révision qui sera à l'ordre du jour de la séance du Grand Conseil le mardi 19 novembre.
Cordialement
Caroline Brennecke
Présidente Association Molo's
En vous en souhaitant bonne réception et excellente lecture.

Le communiqué de presse peut être téléchargé ici

Modification de la loi vaudoise sur les chiens

L’Association Molo’s s’étonne du manque de cohérence entre les expériences faites et certaines propositions de révision.


Molo’s, association de connaissance et d’intégration des chiens de type molossoïde s’engage depuis plus de dix ans pour un partage serein de l’espace public entre la population et les chiens de toutes races. A cet égard, elle salue l’approche modérée de la Commission du Grand Conseil vaudois chargée d’examiner les différents éléments de la révision de la Loi sur la police des chiens, mais s’étonne néanmoins du manque de cohérence entre les expériences faites et certaines propositions de révision.

En effet, on s’accorde sur le fait que l'introduction de cours d'éducation intensifs a fait baisser le nombre de morsures dues aux chiens soumis à cette obligation. On s’accorde aussi sur le fait que les accidents sont plus fréquents lorsque les détenteurs manquent de formation et de connaissances cynologiques.
On s’accorde enfin (comme en 2011 déjà le Conseil National) que la race n’est pas facteur de dangerosité en soi.
Or, ces chiens et leurs détenteurs qui, depuis l’introduction de la loi en vigueur, suivent déjà au total 18 fois plus d'heures de cours obligatoires (72 heures contre 4) que tous les autres chiens, grands ou petits, se voient une fois de plus être sacrifiés sur l’autel de la sécurité publique qu’ils mettraient en péril du seul fait d’exister. Ils seraient les seuls à devoir porter une muselière sur la voie publique. Est-ce réellement cohérent que les chiens les mieux éduqués et ayant les maîtres les plus formés soient soumis à des obligations plus strictes que les autres chiens? Et ce, alors que la bonne éducation du chien et les compétences cynologiques de son maître sont reconnus comme les facteurs principaux de réduction du risque de morsure ?

Molo’s estime que le fait de cette éducation solide du binôme détenteur-chien, et de l'examen passé, doivent au minimum mettre ces chiens sur pied d'égalité devant la loi avec les « grands chiens », notion nouvelle que veut introduire la révision, et les exempter de muselière eux aussi. Il serait sinon légitime de se demander quelle valeur on accorde à cette formation de 72 heures et à l'examen par des experts du département concerné.
Finalement Molo’s rappelle que le canton de Vaud compte 70'000 chiens, comptabilise 100 morsures par an, dont 75 pourcents au moins sur le domaine privé, ce qui fait un total annuel de 25 morsures sur la voie publique. Sur 26 cantons, 15 n’ont pas de loi répressive spécifique, mais misent, comme le canton de Neuchâtel sur la prévention, notamment parce que celle-ci a un coût moindre et est tout aussi efficace, non seulement en termes de sécurité publique, mais aussi dans le domaine privé où se produisent, rappelons-le, 75 pourcents des morsures.

Renseignements :
Caroline Brennecke, Présidente Association Molo’s
079 210 53 65
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 
FirefoxPour une navigation optimale,
merci d'utiliser Firefox ou
Internet Explorer 7.

 
XHTML Validation

CSS Validation